Toutes les expositions en cours, à venir ou ayant déjà eu lieu, pour une vision générale . Chacune des expositions peut être louée; pour cela, cliquez sur "contacter l'auteur" dans les liens.
26 avril 2017

Les "White Ghosts" exposés à la galerie Depardieu à Nice du 13 mai au 10juin.

N_VR GHO #2

Bonjour,

ma série "White Ghosts" a été exposée  à la galerie Depardieu* à Nice(06) du 13 mai au 10 juin 2017.(Un merci tout particulier à ceux qui sont venus)

La prochaine exposition de Ghost Project: "Urban Ghosts " aura lieu à la médiathèque de Bègles (33) en octobre 2017. Vernissage le 7.10.2017...

A très bientôt!

N_VR

« White Ghosts » est une série de captation par scanner de sculptures éphémères en plâtre et papier de soie.Elle nous permet de visualiser les fantômes qui nous hantent et n'affleurent que de loin en loin à notre conscience.La captation par scanner permet de donner vie aux mouvements de l'âme qui peuvent tourmenter un être portant en lui un engramme (trace laissée en mémoire par tous événements, dans le fonctionnement bio-électrique du cerveau-Larousse).Ici, la captation par scanner permet de donner à voir cet engramme et, en pleine conscience, d'y faire éventuellement face.Le noir et blanc permet également une mise à distance propice à une certaine méditation quant à notre condition possible de ventriloque d'un autre lorsque l'engrammation est trop profonde. Le côté virginal du blanc qui est aussi la couleur traditionnelle du linceul peut également nous amener à porter notre réflexion sur le lien qui peut apparaître entre mort et virginité...N_VR.

(NB:certaines références sont empruntées à la psychanalyse transgénérationnelle et à l'ouvrage d'Anne Ancelin-Schützenberger: "Aïe! Mes aïeux")

 L'article (Patriote Côte d'Azur du 12 au 18 mai)

article Patriote WG

 Le vernissage (Photos Nathalie Depardieu)

P5130006

P5130011

P5130003

 Le Texte critique

 

                               L'effet chrysalide inversé.

par Christine Bourel.

"Natalie Victor-Retali fait partie de ces artistes au talent protéiforme, tour à tour, photographe, peintre, sculptrice et installatrice afin de mener à bien son projet .Elle nous livre une série de captations par scanner noires et blanches, représentant des silhouettes fantomatiques. Une même forme chrysalide, mystérieuse et fascinante, se dévoile, se déplie sous nos yeux, laissant pressentir des attitudes extatiques. Est- ce une maternité baroque du Bernin, aux formes généreuses, cachées par une succession de drapés à l'antique, tenant dans ses bras un chérubin joufflu?   Est-ce une Mater Dolorosa peinte par Böcklin  ou David Caspar Friedrich, prostrée dans son voile de deuil?             Ou la représentation de la Mélancolie amère et indolente, le vague à l'âme d'un Dürer ou d'un Vincent François-André?Peu importe l'artifice utilisé par l'artiste, ses images n'en sont que plus désirables pour le regardeur, entrouvrant tout le champ des possibles.Dame Blanche, entité surnaturelle, spectre, drapés d' un linceul ou d'un voile de Véronique, ces apparitions fantomatiques, dans un jeu d'ombres et de lumière et une atmosphère évanescente, nous troublent et nous mettent dans un état alternatif, nous renvoyant à notre regard porté sur le monde et à notre incapacité à le représenter exactement du fait de la frontalité de la réalité, sorte de fatalité d'ordre conceptuel. Natalie Victor-Retali sait à merveille organiser la fusion d' un regard lyrique et d'un monde ordinaire, hantée par les interstices et les étendues, les contours flous et l'évanouissement des formes."C.Bourel (commissaire d'exposition)

 Le Carton

001

Doc_WG_Nicex 

 

*Galerie Depardieu
6, rue du docteur Jacques Guidoni 
(ex passage Gioffredo, entre Gioffredo et Felix Faure à la hauteur de l'encadreur Charvin)
06000 Nice France

 

 



 


07 mars 2017

5 toiles de "Ghost Dance#2" à Aspen (Colorado)

 


Bonjour,

5 des toiles de la série "Ghost Dance#2" ont trouvé place dans la galerie "CHACHA Gallery" à Aspen dans le Colorado (USA)

Voici quelques images de l'accrochage actuel:

 

ac asp IMG_1621

ac asp IMG_1623

Ac ASP IMG_1624

ac asp IMG_1627

« Ghost Dance » est une série de toiles qui met en scène des silhouettes fantomatiques représentant les êtres dont chacun de nous essaie obstinément de se débarrasser, soit par arrachement, soit par effacement. Aucune des deux solutions ne pouvant réellement aboutir, ces fantômes prennent dans la toile une matérialité inattendue et rompent l'alignement vertical des traces de nos souvenirs estompés autant qu'il est possible (les couleurs sont issues de la terre et mêlées au blanc, couleur des fantômes...).

Il s'agit en effet, sur un fond de souvenirs suffisamment vagues et dans des couleurs liées à la nostalgie, de faire apparaître ce que l'on s'acharne le plus souvent à faire disparaître soit par arrachement, soit par effacement : les fantômes de sa vie.

On remarque alors, que plus on essaie d'effacer les silhouettes, plus celles-ci sont présentes et que celles qui ont été arrachées à la toile, si elles n'ont plus de matérialité, n'en restent pas moins subtilement visibles.

Il s'agit donc d'un aller-retour entre présence et absence, mais aussi entre apparition et disparition. N_VR

 

« Ghost Dance » is a series of canvases which stage ghostly silhouettes that represent the beings that each of us try to get rid of either by ripping them away or by erasing them from our every day lives. None of these two solutions can truly work and these ghosts take on an unexpected material aspect within the canvas, destroying the vertical lining of our memory traces, toned down as much as possible (the colors come out from the earth mixed with white, the color of ghosts…).

 

Placed against a background of sufficiently vague memories and colors linked to nostalgia, the aim here is to make appear what we constantly attempt to make disappear by either ripping them away or by erasing them : the ghosts of one’s life.

 

We then notice that, the more we try to erase these silhouettes, the more they’re present and that those which have been ripped from the canvas if they’re no longer material, remain sufficiently visible.

 

We therefore witness a back and forth trajectory between presence and absence, but also appearance and disappearance. For something to appear, a ghost for example, there has to be a disappearance beforehand.

Jean Baudrillard used to say that behind most images something disappears. He also used to say that we erased the absence of the world (too) realistic and which surrounds us…

« Ghost dance » tries to rehabilitate the absence just like a presence.N_VR

 

 

N_VR GD 2

 

 

Natalie Victor-Retali

View all Natalie Victor-Retali artworks from current and past exhibitions at Cha Cha Gallery. Contact the gallery to buy or sell artworks by Natalie Victor-Retali

http://www.artnet.com

 NB: les références à la psychanalyse transgénérationnelles sont explicites dans mon dossier de presse: "Aïe! Mes Aïeux" d'Anne Ancelin Schützenberg y est abondamment cité.

NB2: "Ghost dance" est également le nom d'un mouvement religieux amérindien dont le  massacre de "Wounded Knee"a constitué le point d'orgue, si la référnece était fortuite à l'origine, il est particulièrement intéressant que ces "fantômes" soient exposés dans le Colorado, lieu du massacre de "Sand Creek"...

21 janvier 2017

"Ghost Dance #1" à l'Heure Bleue jusqu'au 14 février

Bonjour,

vous pourrez trouver ma toute première série de toiles "Ghost Dance#1" à L'Heure Bleue, 57, rue Arthur Rozier, Paris 19° jusqu'au 14 février inclus.

GHOST DANCE #19 N_VR

A très bientôt pour de nouvelles créations!

N_VR

« Ghost Dance » est une série de toiles représentant les êtres dont chacun de nous essaie obstinément de se débarrasser, soit par arrachement, soit par effacement: nos fantômes intérieurs.
Il s'agit donc d'un aller-retour entre présence et absence, mais aussi entre apparition et disparition. Les silhouettes apparaissent et disparaissent sans cesse.N_VR

UBS PAR 185308

N_VR PAR 185340

N_VR PAR 185228

L'exposition à l'Heure Bleue est terminée, mais 5 des Toiles de "Ghost Dance #2" se sont envolées vers le Colorado(USA)!

A très bientôt pour les images de l'accrochage!

 

28 février 2016

Urban Ghosts exposé pour la première fois à Arles

Bonjour,

N_VR ARL 2526bis

ma toute dernière exposition "Urban Ghosts" a été exposée pour la première fois dans sa totalité le samedi 27 février 2016 à Arles(13) dans le cadre des parcours artistiques d'Arts at Home, c'était à l'Hôtel Constantin (dans le parcours Roquette). Pour les prochaines dates un nouveau message vous sera adressé...Ce sera dans le Gard(30) pour un parcours d'art contemporain du 1 au 3 juillet, puis en Août à la médiathèque de Calvisson(30)!

 

Urban Ghosts

série photographique de N_VR 

 La série photographique « Urban Ghosts » cherche à capturer l'invisible instant d'une transmutation dans un monde citadin où le mouvement fait loi. Vitesse, bruit, stress sont autant d'éléments exogènes à l'humain bien qu'inventés par lui; l'être profond s'y délite.

 La volonté de cette série est de capter ces instants d'intense solitude où celui qui se croit humain s'englue dans le mouvement même qu'il a contribué à générer et y disparaît laissant place au fantôme de lui-même.

 Ce processus d'effacement est rendu par des techniques de floutage mises en oeuvre dès la prise de vue (aucune retouche a posteriori): le mouvement en pose lente, les lumières artificielles, une sensibilité élevée avec parfois une ambiance saturée de lumière permettent de donner l'impression d'une présence-absence de ces figures humaines. Le processus est d'ailleurs pris à différents stades, puisque certains regardent encore depuis le bord ce monde où d'autres s'evanouissent.L'alternance de personnages flous, d'écrans décomposés et de reflets déformés permet une lecture complète du processus.

  Le parti pris de l'exposition renforce encore cette impression d'étrangeté, les 24 tirages, sur Duratrans (papier photo translucide), étant de petite taille (13X18) et les cadres entourés de noir rétroéclairés dans une pénombre propice à un parcours singulier parmi ces « Fantômes Urbains ».

N_VR ARL 2508bis

N_VR ARL 2514bis

N_VR ARL 2516bis

N_VR ARL 2513bis

N_VR ARL 2521bis

27 juin 2012

Désapparences au Moulin de Piis (33190 Bassanne) en Juillet

 

N_VR FL20bis

Bonjour,

s'il y a longtemps que vous n'avez pas vu mon exposition "Désapparences" (tirages argentiques 60X90 et 80X120) et que vous avez envie de passer un moment bucolique, le Moulin de Piis à Bassanne(33190) l'exposera avec celles de 2 autres artistes (Cécile Labonne et Clément Appfel) durant le mois de juillet du jeudi au dimanche (14h-18h).

 

(Programme_Piis_2 :programme du week-end(12-15.07) du Temps qu'il Fait éditeur+accès)

Voilà, c'est près de La Réole...et ça finit le 29.07!

N_VR


10 janvier 2012

DESAPPARENCES

 

 

 

1FL20bis

L'exposition "Désapparences" de

Natalie VICTOR-RETALI a été présentée du 14/06/08 au 15/07/08 par la galerie "Art et Société" à Paris(75004)(19, rue Pont Louis Philippe ,Paris 4°)et du 6/10/08 au 6/11/08 au centre social et culturel Paul Bert à Bordeaux(33).

En mars 2009, "Désapparences" a été présentée à la galerie DéKaPé de Grenade (31).Puis à Arles du 7 au 12 juillet durant les RIP 2009. Et au Hang'Art à Marseille avec le soutien de la Ville de Marseille (Label"Marseille 2013" )du 7 au 16 janvier 2010 (lien avec LCM entretien du 12.01.2010 sur l'exposition:http://www.lachainemarseille.fr/fr/videos/id-139367-lcm-plus)

La dernière présentation  de "Désapparences" a eu lieu durant tout le mois de  février 2010 au cercle d'Art de Tolède 

Circulo de Arte de Toledo, pza San Vicente N°2-Toledo- Espana-

Febrero de 2010-11h/21h todos los dias(925.25.66.53).

 

Désapparences,

série  Photographique de Natalie Victor-Retali

 

Le monde, aujourd'hui, brille. La dure surface des choses en témoigne. Tout est lisse mais glacé.

Parfois, pourtant, une vitre un peu moins propre rend le regard plus flou. Où se trouve aujourd'hui l'endroit où l'envers surgit?

Comment bascule-t-on d'un monde à l'autre?

La traversée des apparences est cet itinéraire intérieur dont les méandres mènent à la partie cachée du monde.

Quelque chose de sacré s'y attache.

La "désapparence" autorise ce basculement .La disparition du monde des apparencespermet de rejoindre l'insoupçonné qui affleure à la surface des choses. Tous les points de passage supposent une diffraction de l'image et toute traversée résulte d'un instant d'inattention du monde. Celui-ci se défait ainsi de ceux qui ne se reflètent pas en lui, qui n'acceptent pas de regarder la surface et de s'en abreuver paisiblement, qui ne sont pasréductibles au reflet du monde.

Ceux-là "désapparaissent" au monde et s'aperçoivent enfin d'eux-mêmes."

N_VR

 

La exposicion:"Désapariencias" deja entrever puntos de paso entre nuestro mundo moderno, liso y consumidor y "otro lado" del mundo donde el tiempo queda suspendido, donde no se coge a la pequena Alice cuando desobedece. Un mundo donde uno puede desapparecer y al mismo tiempo se va conociendo a si mismo y a su Humanidad.N_VR

05 août 2011

Vernissage à La Brigue (06)


N_VR_BB24bisBonjour,

L'exposition collective " Enfermement-Liberté" oraganisée par le collectif stArt06 à La Brigue(06) est maintenant achevée. 

Vous pouvez retrouver tous les artistes* dans le catalogue de l'exposition**

N_VR

*B.Abril, Angelo Aliotta,M.Bataillard, G.Baud, J.Bosschot, G.Casula, V.Champollion, J-L Charpentier, Cathie Cotto, Pascale Dupont, Franta, O.Garcin, Jacques Godard, B.Hejblum, Hala-Hilmi Hodeib, Judith Kantoor, R.Kraus, N.Lavarenne, Moulay Hicham Lidrissi, Mardi, Margaret Michel, D.Mohen, R.Moreau, Olga Parra, G.Pedinielli, R.Pellegrino, C.Pellier, Pierre-Hugues Polacci, B.Reyboz, Roberto Rico, Rachèle Rivière, Valérie Sierra, Serenella Sossi, B.Taride, Edmond Vernassa, Alkis Voliotis, Hubert Weibel 

**001

02 janvier 2011

Huit Femmes, portraits

 

IE0_light

 

 

 

 

 

L'Exposition "Huit Femmes, portraits." a été présentée pour la première fois  à la Mairie de Ste Foy La Grande (33) du 7 au 15 mars 2008  à l'occasion de l'exposition "8 mars, 8 femmes"; puis à Bordeaux les 18 et 19 Avril 2008 à la Salle Marcel Paul (rue Judaïque) pour les 20 ans de l'Ormée ;et à la maison des Femmes (cours Alsace Lorraine)dans le cadre de la conférence-débat sur les origines du 8 mars du 24 avril au 23 mai 2008.En mars 2009, "8 Femmes, Portraits" a été exposée à la bibliothèque de Bègles (33) avec le soutien de la ville de Bègles et du CREAC.

 

Aborder, explorer, sa propre singularité est un travail sur le monde, c'est une forme de résistance aux amalgames, à la confusion qui règnent autour de nous. Pouvoir dire "voici ce que je suis", permet à l'autre de s'opposer, de s'affirmer et à chacun d'avancer un peu sur ce chemin de découverte. Se "découvrir" est l'une des difficultés de ce parcours: pour approcher l'autre, il faut laisser l'autre s'approcher, sinon c'est de l'observation et c'est différent.

La série de portraits présentée ici est ma première série de portraits; des femmes uniquement. M'est-il plus facile de les approcher? Sans doute. Des femmes qui chacune dans leur singularité deviennent des figures de résistances comme par définition. Car toute oppression ne pèse-t-elle pas plus lourd sur les femmes, toujours? Alors, elles sont là et parce qu'elles sont là, le monde espère.   N_VR

 

07 avril 2010

Lieux d'Absence

 

BD5_bisL'exposition "Lieux d' Absence" a été présentée durant le mois de novembre 2006 à la galerie "Les Mots Bleus" à Bordeaux(33); puis tout au long du mois de janvier 2007 chez "Thés et Dépendances" à Aix-en-Provence(13); la galerie "Le sens de l'Art" soutenue par la Ville de La Courneuve(93) l'a également présentée lors d'une exposition collective de photographes en novembre 2008.

N_VR

Les "Lieux d'Absence" ici rassemblés par la photographe sont des lieux désaffectés à tous les sens du terme: ce qui n'a plus d'affectation, ne sert plus à rien ou a perdu son utilité première, mais aussi au sens de "désaffectionner": ce qui ne reçoit plus d'affection, d'attention. D'où la vie s'est retirée et, avec elle, le soin que l'on apporte ordinairement aux choses que l'on affectionne.

Car la désaffection, dans notre société, est avant tout caractérisée par la perte de l'attention due aux personnes, aux objets, aux lieux qui nous entourent.

Ne désirant pas, comme beaucoup de ses contemporains, photographier des visages ravagés, elle a commencé à collecter les lieux désaffectés en y voyant une profonde métaphore de la société. Jusqu'à s'interroger sur le terme "désaffecté" et sur ce qu'il pouvait dire d'un monde où l'homme ne connaît plus sa place, ni sa "destination première" et s'égare…

C'est en rassemblant ces "portraits de lieux" que son chemin s'est creusé au cœur d'une société de la désaffection. C'est ici l'œil qui prime et attrape ce qu'il voit sans aucun artifice; c'est ici du réel que surgissent toute la force et la poésie des photographies; c'est encore un portrait pudique mais poignant d'un monde aussi déliquescent que passionnant.  

                                                                                                                                                    N_VR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

03 avril 2010

L'HUIS

 

 

 

 

 

 

I20"Des Villes et des Portes"  exposition avec des peintures et dessins de Patrick Vallot a eu lieu du 13 Décembre au 10 janvier 2009 à la galerie Caroline SERERO: 66, rue Grignan 13001 MARSEILLE.    

En Mars 2009, "L'HUIS"  a été exposée dans le cadre de "Créativité au féminin" à La Teste De Buch (33) organisé par l'association "Femmes Solidaires"avec le soutien du Conseil Général de Gironde et de la Ville de La Teste de Buch.

En juillet 2009, "l'Huis" a été exposée par la Mairie de Ste Foy La Grande (33).


L'HUIS

Série photographique de Natalie Victor-retali

"Une porte doit être ouverte ou fermée", voire…

Les fenêtres de Baudelaire ne portent au rêve qu'une fois fermées,

les portes rassemblées ici incitent le passant à les franchir en rêve.

Toute porte ouverte donne à voir et permet un mélange des espaces,

une porte fermée donne à rêver et construit un "Espace du dedans"

cher à Michaux où se réfugient souvent poètes et enfants.

Une porte ouverte donne ce qu'elle a sans plus,

une porte fermée est un espoir d'autres mondes.

Le parti pris photographique est ici celui d'un cadrage

qui tout à la fois isole et prolonge l'huis.

Celui-ci n'est d'ailleurs pas repéré pour sa beauté architecturale

mais pour sa simplicité d'utilité publique.

Le cadre embrasse alors les murs environnants et les traces intempestives du temps,

comme il le ferait du portrait d'un être humain.

Une porte comme un cœur qui bat, un huis aussi clos et riche de promesses

que le poing fermé d'un enfant endormi.

                                                                                                                                  N_VR