20 octobre 2018

Expo-Vente à LA Maison (13 600 La Ciotat) du 11 novembre au 8 décembre 2018

Bonjour,

Comme chaque année, La Maison* à La Ciotat accueillera mon travail du 11 novembre au 8 décembre.

Je serai présente le 11 novembre et le 8 décembre de 15h à 19h pour échanger autour d'un thé ou d'un café.

Beaucoup de nouvelles oeuvres cette année: de nouveaux coffrets "Ville-Monde" et "Bouts du Monde", des peintures, des sculptures,

des encres, mais aussi mes dernières photos: "Refugiere" que je viens de décrocher à Arles Gallery, quelques exemplaires d'Arles est

Sienne, des dessins préparatoires à mon exposition brestoise, etc..

Soyez curieux et originaux, venez dénicher vos cadeaux!

dessin nu rec allA bientôt!

N_VR

*La Maison 3, av Paul Arène 13600 La Ciotat Renseignements et Rendez-vous au 06.11.25.28.91

Affiche_expo_vente_La_Ciotat


17 novembre 2017

"Ghost Project" by N_VR, la vidéo

Bonjour,

une fois n'est pas coutume, il y aura deux messages à la suite ce mois-ci,

c'est que l'actualité s'emballe et voilà que vient de naître un magnifique travail à quatre mains: Toutes les images de Ghost Project(dont certaines sont inédites)et la musique de Gatha: "J" tissées ensemble par les mains subtiles de Renato DR et Roberto T...

Je vous laisse découvrir ce bijou: 

A très bientôt!

N'oubliez pas que presque toutes ces images sont dans les albums du blog et...en vente.

 

24 septembre 2017

"Urban Ghosts" à la Médiathèque de Bègles du 7 au 21 octobre 2017

Bonjour,

ma série photographique "Urban Ghosts" qui fait partie du projet

"Ghost Project" sera exposée

à la médiathèque de Bègles (33) du 7 au 21 octobre.

Vernissage le samedi 7 octobre à partir de 17h, précédé d'un atelier pour les enfants:

"Little Ghosts" à 14h30

v2N_VR SEV 477bis

La série photographique « Urban Ghosts » cherche à capturer l'invisible instant d'une transmutation dans un monde citadin où le mouvement fait loi.

Vitesse, bruit, stress sont autant d'éléments exogènes à l'humain bien qu'inventés par lui; l'être profond s'y délite.

La volonté de cette série est de capter ces instants d'intense solitude où celui qui se croit humain s'englue dans le mouvement même qu'il a contribué à générer et y disparaît laissant place au fantôme de lui-même.

Ce processus d'effacement est rendu par des techniques de floutage mises en œuvre dès la prise de vue (aucune retouche a posteriori): le mouvement en pose lente, les lumières artificielles, une sensibilité élevée avec parfois une ambiance saturée de lumière donnent l'impression d'une présence-absence de ces figures humaines.

Le processus est d'ailleurs pris à différents stades, puisque certains regardent encore depuis le bord ce monde où d'autres s'évanouissent.

L'alternance de personnages flous, d'écrans décomposés et de reflets déformés permet une lecture complète du process.

Le parti pris de l'exposition renforce encore cette impression d'étrangeté, puisque les 24 tirages sont de petite taille (13X18) sur Duratrans (papier photo translucide) et les cadres entourés de noir sont rétro éclairés dans une pénombre propice à un parcours singulier parmi ces

« Fantômes Urbains ».